• facebook-square

© 2017 par Ben ZIMET et Katell GRABOWSKA. Tous droits réservés.

  "Aux Sources du Klezmer" est un Best Of qui comporte trente six des plus belles chansons de Ben ZIMET illustrant ainsi près de quarante ans de carrière (2 CD) - 2015 

A Valtz (extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Voir le texte yiddish et la traduction en français de cette très belle valse ci-dessous

Beker Lid (extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

La chanson de l'apprenti-boulanger, une chanson moins connue du répertoire et très émouvante.

Voir le texte yiddish et sa traduction en français ci-dessous

A Choussidl (instrumental ; extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Cet instrumental est typiquement hassidique. Il incite à la méditation et à la transe.

Fun A Shteyn Gueboyren (extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

C'est la chanson de l'idiot du village

Voir le texte yiddish ci-dessous

Di Grine Kuzine (version africaine ; extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

C'est l'histoire de la cousine qui a émigré à New-York. Un tube aux U.S.A. au début du XXe siècle.. Voir le texte yiddish et sa traduction en français ci-dessous

Jazz (extrait) - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Quand le yiddish rencontre le jazz

     "Lorsque j'ai vu Ben Zimet pour la première fois sur scène, il m'a semblé que resurgissait des plis du temps l'ombre de ces baladins du monde oriental qui, de village en village, nouaient les fils des chansons anonymes dans l'immense tapisserie d'une mémoire collective. Visage ascétique, présence hassidique [...] Ben Zimet traverse les siècles, avec sa voix grave, prenante, aux accents âpres. Une voix qui nous rejoint, qui nous atteint au présent, qui fait revivre des paysages, des objets, des sentiments, des êtres familiers, oubliés.

      Un accord de guitare, une intonation qui module la langue yiddish dans son registre le plus authentique, et voilà que nous est restituée la saveur originelle de ces chansons où s'affirme la pérennité du génie mélodieux d'un peuple. L'univers du folklore où la voix de Ben Zimet roule comme un ruisseau, de rive en rive, est celui du quotidien et du rêve, de la tendresse et de l'humour qui riposte à la cruauté du destin par les étincelles en ricochets d'une sagesse ancestrale, comme un défi à l'impossible. Ces chansons n'ont pas d'âge parce qu'elles traduisent en termes simples, concrets, inventifs et émouvants, la permanence d'une philosophie populaire de la vie, d'une expérience de la souffrance, d'une ténacité de l'espoir, qui se transforment tout naturellement en musique et en rythme.

     C'est ce que Ben Zimet nous rend sensible intensément. Qu'il chante la "patate quotidienne, le conflit amoureux, la menace de persécution, l'aspiration au bonheur et l'invitation à la joie, les aléas cocasses de la chance, le rituel rabbinique plaisamment parodié, c'est toujours un retour aux sources et aux ressources de l'imagination, de l'ironie, de la plus humble réalité d'où naît la plus subtile poésie."

Charles Dobzynski, poète français

Les textes des chansons yiddish de Ben ZIMET reprennent l'accent de Cracovie qu'il a hérité de son père.

A VALTZ

(Paroles A. Lutski / Arrangement Ben Zimet)

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Pourlekh drayen zikh, pourlekh drayen zikh

Vayst di vi azoy, vayst di vi azoy

Boymer in a valt drayen zich azoy

Ven di gayst farbay, mit a ban farbay

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Az di fidl schpilt, schprayt zi vegen oys

Vayst di vousserer, vayst di vousserer

Vakhe maydel hent, inter dane fis

Kroytzlen dikh aroyf, vi a roykh aroyf

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Az di mandolin tsimbelt ot azoy

Vayst di vous zi tit, vayst di vous zi tit

Dane yinge teg, di fargangene

Brekelt zi faranand, brekelt zi faranand

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Az di fletel faft, az di fletel faft

Vayst di vous di hertst, vayst di vous di herst

Toyter in der erd, vaynen dous azoy

Vous je vaynen zay, vous je vilen zay

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Az di poyk baroysht, az di poyk baroysht

Vayst di vous dous iz, vayst di vous dous iz

Dous iz dokh der roysh, ot der velt geroysh

Vous fartoybt in dir, pakhed farn toyt

Aynts tsvay dra, aynts tsvay dra

Az di gantse velt iz a dray aza

Vaynt di violontsel aynts tsvay dra

Vilen alle zikh fin der velt tsegayn

Tit mir azoy vay tit mir azoy vay

UNE VALSE

Un deux trois, un deux trois

C'est la valse des couples, valse des couples

Sais-tu comment ? Le sais-tu vraiment ?

Comment valsent les arbres d'une forêt

Quand tu la traverses, la traverses en train ?

Un deux trois, un deux trois

Quand joue le violon s'ouvrent de nouveaux chemins

Sais-tu lesquels ? Le sais-tu vraiment ?

Ce sont de douces mains de filles qui poussent sous tes pieds

Et spiralent autour de toi comme la fumée

Un deux trois, un deux trois

Quand la mandoline égrène ses notes

Sais-tu ce qu'elle fait ? Le sais-tu vraiment ?

Tes jeunes années, déjà passées,

Elle les égrène, elle les égrène

Un deux trois, un deux trois

Quand la flûte chante, quand la flûte chante,

Sais-tu ce que tu entends ? Le sais-tu vraiment ?

Ce sont les pleurs des morts qui montent de la terre

Pourquoi pleurent-ils ? Que nous veulent-ils ?

Un deux trois, un deux trois,

Quand le tambour bat, quand le tambour bat,

Sais-tu ce que c'est ? Le sais-tu vraiment ?

C'est le battement du monde qui gronde

Et qui étouffe en toi la peur de la mort

Un deux trois, un deux trois

Alors que toute la terre est un tourbillon

Le violoncelle pleure, un deux trois

Tous veulent s'en aller du monde

Et cela me fait si mal, cela me fait si mal

FIN A SHTAYN GEBOYREN

(Benzion Witler)

Tsi bin ikh den fin a shtayn geboyren

Tsi hot mir kayn mame gehat

Tsi iz den di velt

Nor far dem kligen geshafen

Got, di alayn vayst

Az men shnat mayn flaysh

Ti kayn blit loyfen

Az men shlugt mir

Tit mir nisjt vay

In az men shikt mir in markt

Epes koyfen "Meshigene" vert a geshray

Oy mameniou shtay oyf fin dan kayver

In zey vi men tayligt dayn kind

Tsebrokhen zenen in mir alle bayner

Kh'bet nor, "gevalt !" zayn gezint.

BEKER LID

(Traditionnel)

Indroysn gayt a drobinker regn

Ay, di volkenes zay hobn zikh farshprayt

Tsayt ikh hob nor di bekeray derkent

Azoy hot zikh mir der kop fardrayt

A mil az zi molt, molt zi keseyder

Far ir oupshtel iz oykh dou a minit

Kikt nor on dous klenste beker-yingl

Tsi farmougt er den a tropn blit

Der beker mit der bekerin

Zay kimen in der bekeray

Loyt zayer raykhtum un loyt zayer shtayger

Zi gayt oungetin a pour brillyantene oyringen

In er in a goldenem zayger

 

LA CHANSON DE L'APPRENTI-BOULANGER

Dehors il pleut des cordes

Les nuages se sont dispersés

Depuis que je travaille dans cette boulangerie

J'ai la tête que me tourne

Un moulin quand il moud, moud encore et encore

Il lui arrive de pouvoir s'arrêter un moment

Regardez-moi, le plus insignifiant des boulangers

Qui sans répit verse même mon sang

Le boulanger et sa femme

Ils arrivent dans leur boulangerie

Voyez comme ils sont imbus d'eux-mêmes

Elle porte des boucles en diamant

Et lui, une montre en or

DI GRINE KUZINE

(Schwartz/Prizant/Leiserowitz)

Tsi mir iz gekimen a kouzine

Shayn vi gold iz zi geveyn di grine

Bekelekh vi royte pomerantsn

Fisselekh vous beyten zikh tsim tantsn

Herelekh vi zaydn veb gelokte

Tsayndelekh vi perelekh getokte

Aygelekh vi himl bloy in friling

Lipelekh vi karshelekh a tsviling

Nisht gegangen iz zi nor geshpringen

Nisht geret hot zi nor gezingen

Lebedik un freylekh yede mine

Ot azoy geveyn iz mayn kouzine

Oun azoy ariber zane youren

Fin mane kouzine iz a tel gevoren

Paydays hot zi vokhlang geklibn

Bis fin ir iz gournisht mer geblibn

Hant az ikh bagegn mane kouzine

Oun ikh freg zi "s'makhsti epes, grine"

Ziftst zi oup oun khlayn shoyn in der mine

"Brenen zol Kolombus' medine !"

MA COUSINE LA BLEUE

(immigrante fraichement débarquée en Terre Promise d'U.S.A. ; en yiddish, "la bleue, la novice" se dit "la verte")

La cousine a débarqué chez moi

Belle comme de l'or, qu'elle était, la bleue

Avec ses joues comme des oranges

Ses petits pieds qui ne demandaient qu'à danser

Avec ses cheveux comme une traine de soie

Ses dents comme des perles blanches

Ses yeux comme le bleu du ciel au printemps

Ses lèvres comme une paire de cerises

Elle ne marchait pas, non, elle bondissait,

Elle ne parlait pas, non, elle chantait,

Vivace et joyeux son visage

C'est comme cela qu'elle était ma cousine

Mais au fil des années

Elle est pratiquement tombée en ruine ma cousine

A force d'accumuler les fiches de paie

D'elle-même, il ne reste plus rien

Aujourd'hui, quand je rencontre ma cousine

Et que je lui demande "Comment ça va, la bleue ?"

Elle soupire et je vois à sa triste mine

"Au diable cette Terre Promise !"

CD en cours de ré-édition, bientôt disponible à la vente sur ce site
  1.    Comment l'argent est venu au monde

  2.    L'Histoire du Chantre

  3.    L'Histoire du Roi Salomon

  4.    La Première larme

  5.    Le Pigeon plumé

  6.    Comment le temps est venu au monde

  7.    Le Chemin de la Terre promise

  8.    Deux chansons pour 300 roubles

  9.    L'Histoire du Talmud

  10.    Le Roi de Pomponico

  11.    Lomir-je zingen

L'Histoire du Roi Salomon - Ben Zimet et Eddy Schaff
00:00 / 00:00

"Un Enfant de la Corrèze" est le CD du spectacle du même nom qui raconte en paroles et en musiques l'histoire d'un enfant caché pendant la Seconde Guerre Mondiale.


Ben ZIMET accompagné par Maurice Delaistier, Gabriel Levasseur et Nicole Uzan

Sorti en 2014

Au commencement - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Extrait en français du premier récit parlé

Maréchal Me Voilà - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Extrait en français du troisième récit parlé où Ben Zimet raconte sa rencontre et celle de sa classe avec le Maréchal Pétain

"Sans doute parmi les témoignages les plus bouleversants d'un "enfant caché" comme l'ont vécu des milliers d'autres gamins juifs en France sous l'Occupation".

Gérard Bar-David, l'Arche

Bay Mir Bistu Schayn - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Un tube international américano-yiddish revu par Ben Zimet et ses musiciens

S'iz a Fargenign - Ben ZIMET
00:00 / 00:00

Une chanson sur un texte anti-hitlérien de Ben Zimet 

Voir le texte yiddish et sa traduction française ci-dessous

Ben Zimet Talila Yiddish Café